generationcyb.net pointcyb lien vers les points cyb
Inscription à la lettre d'information | Fil infos rss 

 

Accueil > Boîte à outils > Son et musique

Idées d’ateliers autour du traitement numérique du son


Version imprimable Version imprimable


Audacity est un formidable outil d’édition audionumérique. Libre et gratuit, il peut notamment être utilisé par l’animateur multimédia en direction des jeunes pour les sensibiliser, par la pratique, au rôle prédominant du son dans les médias. En dehors d’une démonstration technique, il n’est pas toujours aisé d’initier son public à la prise en main du logiciel ; c’est pourquoi GenerationCyb.net vous livre quelques pistes !

Utiliser un logiciel d’édition audio numérique, c’est avant tout chercher à apporter des modifications à des contenus sonores : musique, voix, bruitages. C’est aussi un moment privilégié pour "mettre les mains dans le cambouis" et mieux comprendre les artifices du son qui peuvent influer sur l’auditeur passif, sommeillant en chacun de nous…

Audacity, l’éditeur audiophonique de choix en EPN

Audacity est un excellent logiciel de traitement sonore. Ergonomiquement bien pensé et facile à prendre en main, il permet d’enregistrer, de jouer, d’importer et d’exporter des données audio, puis de les modifier à l’aide de fonctions classiques (copier-couper-coller). Il est de même possible de combiner plusieurs pistes et d’ajouter des effets.

Offrant de plus une alternative crédible à de nombreux logiciels professionnels ou semi-professionnels, Audacity est également un très bon outil pour initier au traitement du son. Avec un public captif et habitué aux manipulations de base sous les environnements Windows ou Linux, une démonstration des fonctionnalités de base en EPN, ponctuée d’exercices pratiques, n’excède en général pas plus de 4 heures.

Eduquer aux médias - le rôle du son par rapport à l’image

La prise en main d’Audacity peut être le prétexte d’une courte démonstration de la prédominance du son sur l’image dans la quasi-totalité des médias. Il s’agira ici de développer chez son public (et particulièrement chez les plus jeunes) ce que les spécialistes nomment "la littératie médiatique", c’est à dire la capacité à prendre du recul par rapport à la forme du message véhiculé par un medium.

Au cinéma…

Le son fait naître chez le spectateur une émotion ; il apporte une dimension supplémentaire à l’image, la surclassant même à de nombreuses occasions.

A l’aide d’Audacity, vous pouvez par exemple faire cet exercice :
- extraire le son d’un court métrage, puis l’exporter pour une écoute active (bande sonore sans image).
- Ensuite, revisionner le court métrage dans son intégralité pour souligner les éléments de l’histoire qui peuvent être compris uniquement par le son ou par l’image.

Dans la plupart des cas, vos spectateurs seront surpris de l’écrasante majorité d’éléments captés par l’ouie et qui permettent une compréhension globale de l’histoire.

Enfin, il peut être intéressant de souligner le rôle du bruitage qui permet de renforcer le message visuel. On pourra aussi rappeler la contribution accrue du 7ème art aux progrès de la restitution audiophonique (du premier film sonore à la restitution numérique offerte en 7.1).

A la télévision…

On ne s’en rend pas toujours compte, mais le son délivré par la télévision se caractérise par une relative "pauvreté" : presque pas d’effets sonores et surtout un rendu audiophonique quasi-catastrophique au regard des capacités des hauts-parleurs de nos téléviseurs.

Globalement plat, le son des divertissements, reportages et autres journaux télévisés est bien souvent rompu par la richesse et le volume sonore de nos publicités…

Avec Audacity, vous pouvez faire cet exercice :
- capturer pendant une demi-heure le son de votre télévision.
- analyser ensuite le spectre de votre échantillon à l’aide d’Audacity. Vous constaterez sans nul doute un son plus riche pendant les publicités ou les spots d’annonce de programmes ; Observez aussi les gammes de fréquence et le volume sonore global, généralement plus élevés qu’à l’habitude !

Enfin, il est à souligner que la télévision aux Etats-Unis est conçue depuis des décennies pour que la ménagère puisse suivre ses programmes, sans la regarder, tout en vaquant à ses occupations… D’où la nécessité pour la publicité de la surprendre, de relancer son intérêt ! En France, sur l’année 2003, quatre des six chaînes télévisées historiques se sont faites rappelées à l’ordre par le CSA, pour volume sonore trop excessif pendant les annonces publicitaires !

A la radio…

En marge des médias cinéma et télévision, la radio, en dehors des extraits musicaux qu’elle diffuse, doit sans cesse capter l’attention de son auditeur. Elle doit susciter l’émotion, tout en développant l’imaginaire. Pour cela, elle doit rendre des atmosphères par l’utilisation des sons mais aussi par un commentaire imagé et descriptif, généralement délivré par une voix d’un timbre particulier ; voix que l’on prend généralement plaisir à retrouver.

Dans un premier temps, nul besoin d’Audacity pour s’attacher à analyser la richesse du contenu radiophonique ! Observez les caractéristiques du conte audio, du reportage "sonore", puis passez à la pratique avec les quelques uns des exemples délivrés ci-dessous…

Développer l’imagination grâce au conte audio

Le conte audiophonique est un peu à la radio ce que le livre illustré est à la littérature : suffisamment "imagé" pour aller plus loin que les mots. Initier à Audacity en créant un conte audio fonctionne très bien sur un public très jeune.

Si vous n’avez pas assez d’imagination pour inventer le conte ou tout simplement, si vous n’avez pas de livre sous la main, vous pouvez suivre l’exemple de Jean-Paul, animateur à l’espace Point Cyb / Picardie en Ligne de Clermont-de-l’Oise.

Avec un public scolaire, Jean-Paul utilise un jeu de cartes, représentant des personnages (roi, reine, prince, dragon…), des lieux (royaume, ville, mer, donjon…) et des actions (se battre…) :
- la première étape de l’atelier consiste à faire tirer au sort une à deux cartes pour chaque enfant,
- lors de la seconde étape, on croise les cartes de tout le monde pour imaginer une histoire, que l’on retranscrit par écrit.
- ensuite, chacun enfant enregistre une phrase avec Audacity.
- Enfin, à l’aide de quelques musiques et bruitages trouvés sur Internet, on finalise le projet en lui apportant une atmosphère sonore.

Avant le travail de rebruitage, Jean-Paul insiste généralement auprès de son public sur la justification d’une musique et de sons en fonction d’un texte et vice-versa, ceux-ci servant à renforcer le contenu pour au final, créer une émotion chez l’auditeur. Ces principes sont également valables pour le reportage radiophonique.

Prendre l’air en et créer un reportage radiophonique

Au delà de l’apport d’informations, le but d’un reportage radiophonique est de faire pénétrer l’auditeur dans une ambiance, comme s’il avait pris part à l’évènement. Il est alors facile d’imaginer un reportage audio sur une foire agricole ou une manifestation étudiante. Entre meuglement et mégaphone, de véritables inserts (terme emprunté au cinéma pour qualifier les gros plans illustratifs) donnent toute leur dimension au commentaire !

A chaque étape de la préparation d’un reportage radio, il faut toujours garder à l’esprit les contraintes et les avantages spécifiques de ce medium :
- l’auditeur ne peut revenir en arrière, il doit comprendre du premier coup,
- l’auditeur peut faire autre chose en écoutant le message : il est nécessaire de le captiver, puis de maintenir son attention.

Le reportage radio est souvent efficace quand il touche le quotidien des gens, illustrable par des ambiances sonores. Sortez de votre EPN et partez à la rencontre des gens qui pourront raconter leur vie : sportifs au bord d’un terrain, professionnels sur leurs lieux de vie ! Pour recueillir leurs confessions, rien de tel qu’un lecteur-enregistreur numérique (certains lecteurs mp3 offrent désormais cette possibilité) ; l’importation dans Audacity n’en sera que plus simple.

Enfin, contrairement au conte audio, il est préférable d’enregistrer vos propres sons. Cette fois, l’imaginaire de l’auditeur n’est plus ancré dans la pure fiction, mais bel et bien dans la vie quotidienne !

Expérimenter et reconstituer une scène sonore grâce au bruitage

Il pleut et vous ne pouvez pas sortir de votre EPN ? Organisez une séance de reconstitution sonore d’une scène d’un film à l’aide d’Audacity.

Ainsi, vous pourrez :
- réenregistrer les voix,
- illustrer l’extrait par une ambiance musicale (éventuellement décalée pour créer un effet comique),
- renforcer l’atmosphère de la scène en la rebruitant par captation de sons et traitement dans Audacity.

Sur ce dernier point, bien les professionnels préfèrent garder leurs secrets, voici quelques trucs, parmi les plus populaires, qui ne nécessiteront qu’un faible investissement :
- feu : balai sur feuille de papier,
- sabots de chevaux : noix de coco coupée en deux et évidée,
- coup de poing : taper dans une couverture tendue,
- os brisé : écraser des coquilles d’escargot,
- envol d’oiseau : agiter des gants en plastique,
- cris de souris : polystyrène sur verre
- …

Pendant l’enregistrement, gardez toujours à l’esprit que la distance entre la source avec le micro est importante. Multipliez les essais pour trouver les bons réglages et surtout faites le silence ! Encore une fois, si vous avez la possibilité d’utiliser un enregistreur numérique autonome, ne vous en privez pas ! Importez ensuite vos sons dans Audacity, vous pourrez alors appliquez de nombreux effets qui donneront à vos sons toute leur dimension.

Se faire plaisir en créant une sonnerie pour son mobile

Avec un public adolescent, il peut être intéressant d’initier à Audacity avec pour objectif la création d’une sonnerie pour téléphone mobile. De plus, cette séance peut être l’objet d’une piqûre de rappel sur le droit d’auteur mais aussi sur le droit de la copie privée.

Ainsi, vous pouvez inviter chaque adolescent à venir avec le CD de son choix ; celui-ci servira de support pour le choix d’un extrait à transformer en sonnerie personnalisée pour mobile. Vous aborderez ainsi :
- les limites du logiciel Audacity, par le recours à un logiciel externe (CDEx par exemple), pour l’extraction audio,
- les fonctions de base d’Audacity : importer, sélectionner, zoomer, recherchez les croisements avec le zéro, effacer, exporter.

La plupart des téléphones mobiles acceptent désormais les sonneries au format MP3. Audacity permet l’export dans ce format. Néanmoins, certains cellulaires exigent d’autres formats, parfois assez "exotiques" : SMAF, AMR ou IMelody. Là encore, vous aurez besoin d’un logiciel externe pour la conversion avant le transfert sur le mobile !

Un grand merci à Jean-Paul, animateur au Point Cyb / Picardie en Ligne du quartier des Sables à Clermont-de-l’Oise (60), pour les illustrations.


Mis en ligne le mercredi 23 janvier 2008



Répondre à cet article

Forum

Contact | Plan du site | Espace privé
Dernier ajout : vendredi 24 mai 2013 | 821 articles sur ce site.

Generationcyb.net est motoris´ par Spip 1.9.2e associ´ a un squelette spip Rizom
Sauf indication, les articles sont mis a disposition sous un contrat Creative Commons
Ministere en charge de la jeunesse Institut national de la jeunesse et de l'education populaire Information jeunesse Centre d'information et de documentation jeunesse